AMIRAL

L'origine de ce mot est très contreversée.

On le tire parfois du grec :
lamyros ou myriachos, chef de dix mille hommes, ce qui parait peu probable; ou bien encore de :
almeris, salure de la mer ou, et celà est beaucoup plus vraisemblable, de ameras issu de l'arabe.

Il semble en fait que le mot arabe al emir : le Prince, le Chef, ait été tout d'abord traduit en grec et ne serait pas éloigné d'une origine byzantine.
Celui qui commandait les troupes, avait le titre de Amir el-Maumenin (Amir étant la contraction de Al-Emir), ce qui signifie "Prince des vrais Croyants" , tandis que Amir al-Bahr désigne le Commandant de la Mer.
Aussi, les Français lors des croisades, imitant ceux qu'ils combattaient, désignaient tout d'abord les généraux arabes sous le vocable de Maumenin puis, par amusement, retinrent les premières syllables Amiral et appelèrent de ce titre celui qui commandait une armée navale.
(VILLEHARDOUIN, dans sa chronique de 1205, cite "Sturione, amiral de Lascaris" qui appartenait à une grande famille byzantine.

Quelque quarante années plus tard, Louis IX créait la charge de Amiral du Roy. Ce fut à la suite de pertes navales continuelles qu'essuyaient les grands seigneurs peu expérimentés sur la mer et qui, armaient leur propre flotte, que Saint Louis fit appel aux Gênois lors de la Croisade à laquelle il prit part.

Ainsi, il loua une flotte et, en 1248, sur la proposition pontificale, il nomma "Amiraux" Hugues LERCARI et Jacques du LEVANT, anciens capitaines de la Flotte qui avait emmené, quatre ans auparavant, Innocent IV de CIVITA VECCLINA SAVONNE. Ils furent nos premiers amiraux.
Mais l'histoire a nommé le premier amiral de France proprement dit, en la personne de VIENNE, créateur de la Marine Royale de Charles VIII, le titre de général des Galères remplace, en Méditerranée, celui d'amiral.

Après cette période, le mot amiral fut trouvé dans différents textes, écrit sous les formes les plus diverses: amiré - amirail.
Ces aspects tiennent sans aucun doute aux prononciations des accents des diverses provinces du royaume. Au XVIème siècle on l'écrivait Amiraut (ce qui a donné Amirauté, terme ne correspondant à aucune réalité administrative ou juridique, mais désignant par commodité l'ensemble des services de la Marine). On l'écrivait à cette même époque Admiral, forme qui a subsisté en anglais, allemand et hollandais. (Les premiers Académiciens l'écrivaient ainsi dans le "Dictionnaire de Langue Française").

La Charge d'Amiral supprimée en France en 1626 par RICHELIEU qui s'était attribué le titre de "Général des Galères et Grand Maître de la Marine", fut rétablie en 1669 par COLBERT en faveur d'un fils naturel de Louis XIV et de Mlle de LAVALLIERE, le comte de VERMANDOIS, alors âgé de deux ans.

Sous l'Ancien Régime, l'amiral généralement prince de sang, bien que chef suprême de la marine, n'exerçait en fait aucun pouvoir réel. Seul le comte de TOULOUSE, amiral de 1683 1737, prit au sérieux ses fonctions et joua un certain rôle dans la politique navale.
La charge d'amiral était honorifique et servait de prébende car l'amiral percevait des droits sur la navigation et les prises de guerre. Le commandement effectif était assuré, avant la Révolution, par les vice-amiraux qui portaient le titre d'amiral. Ainsi TOURVILLE était amiral de l'Escadre blanche à La Hougue, le marquis d'ANFREVILLE de l'Escadre bleue et blanche et GABARET de l'Escadre bleue.

Au moment de la Révolution Française, Louis Jean-Marie de BOURBON, duc de Penthièvre, était pourvu de la dignité d'amiral qu'il avait reçue en 1734 du vivant de son père, le comte de TOULOUSE. L'Assemblée Nationale supprima cette charge en 1791, qui fut rétablie en 1805 au profit de MURAT.

La Restauration maintint l'amiralat et le 18 mai 1814, le duc d'Angoulème fut conféré amiral de France.

Le 13 août 1830, le Roy Louis Philippe rendit une ordonnance créant trois amiraux ayant le rang des maréchaux de France. Bien que cette ordonnance soit toujours en vigueur, on n'a plus conféré la dignité d'amiral de France depuis 1869, date de l'élévation à cette dignité de François Thomas TRÉHOUART.

À l'heure actuelle, le grade d'amiral existe dans toutes les marines militaires. En France, il est seulement donné aux officiers généraux du corps des Officiers de marine et des Officiers de marine branche technique.

Nul n'ignore qu'il existe quatre grades:
Contre Amiral - Vice Amiral - Vice Amiral d'Escadre et Amiral.
Le terme "Contre" provient sans doute de la même origine que l'anglais rear-admiral, signifiant derrière.

pavillons  pavillons