BRANLE-BAS

Sonnerie ou signal donnant l'ordre (désagréable) de se lever ou (agréable) de se coucher.

Cette expression vient de l'époque où les hamacs s'appelaient branle.

Au réveil les matelots devaient le décrocher, le mettre bas. Dans les navires à voiles les hamacs étaient, le jour, déposés dans les bastingages sur le pont. Le soir, il fallait porter les branles en bas, d'où l'expression de l'époque pour le coucher : Bas les Branles.

Si l'on rencontrait l'ennemi de nuit, on sonnait le branle-bas de combat pour dégager au plus vite les batteries et préparer les armes.

Signifie également par extension : grand mouvement.