CABAN

Mot espagnol, venant de Gaban, lui-même issu de l'arabe et signifiant : Manteau à capuchon.

Avant d'appartenir à la tenue réglementaire des équipages de la Marine nationale, ce manteau à larges manches et capuche, autrefois doublé ou fourré, fut surtout porté à partir de la fin du XVIIIe siècle, sur les côtes de l'Atlantique et de la Manche, par les habitants des bords de mer et les marins. Sur le dos de ces derniers, le caban s'appelait le tourmentin.
Auparavant au XVIIe siècle, le caban était davantage un manteau de cavalier. Sa forme courte et sa fente en bas du dos permettaient au vêtement de s'étaler sur la croupe du cheval.

Son nom peut aussi provenir du sicilien cabbanu (manteau épais protégeant de la pluie). Selon une légende, le manteau aurait vu le jour en Bretagne. Le caban serait alors issu du breton kab an oad, vêtement des goémoniers (récolteurs d'algues) dans le Finistère.