FEU SAINT-ELME

Décharge électrique plus ou moins continue et d'intensité relativement faible que l'on observe sur les mâts ou sur les antennes des navires en mer lorsque le temps est orageux.

Émanant des objets qui présentent un champ électrique superficiel élevé, des pointes et des arêtes en particulier, le feu Saint-Elme revêt des caractères différents suivant le signe de l'électricité statique déchargée dans l'atmosphère.

Lorsqu'il s'agit d'électricité statique négative, le feu Saint-Elme est concentré et semble ainsi envelopper le mât.
Dans le cas inverse, on observe des étincelles de quelques centimètres de longueur.

Les marins de la voile attribuaient les manifestation du feu Saint-Elme aux Gémeaux, Castor et Pollux.

Quand le feu Saint-Elme apparaissait dans la mâture, ils y voyaient un heureux présage :
Saint-Elme en feu de gabier
Aide le bon marinier.

Mais, si le feu Saint-Elme était vu sur la mer, affleurant les lames sous l'orage, il prenait une signification redoutable :
Feu Saint-Elme sur les flots,
La Mort hèle un matelot;

croyance que l'on retrouve dans l'adage maritime breton :
Ar Geler war ar mor
Ann Ankou o c'houlen digor.

(Le feu Saint-Elme sur la mer,
C'est la mort qui demande ouverture...)